Délégationde Seine-et-Marne

Journée mondiale des pauvres

De nos jours on est pauvre quand… ?

À l’occasion de la deuxième Journée mondiale des pauvres instituée par le pape François, l’équipe du Secours Catholique de Pontault-Combault a proposé, en lien avec ses partenaires locaux, une animation sous la forme de « Paroles partagées », le 17 novembre 2018.

« Paroles partagées » à Pontault-Combault, le 17 novembre 2018.

publié en novembre 2018

De 10 h à 12 h, ce 17 novembre, l’équipe locale du Secours Catholique a investi un bout de trottoir du petit centre commercial de Pontault-Combault afin d’interpeller les passants avec cette question :
« De nos jours, on est pauvre quand… ? »

Voici quelques réponses que les personnes rencontrées ont partagées :

  • On ne peut pas prendre soin de soi (bien-être et accès aux soins). (B, 64 ans)
  • On est seul, qu’on se renferme sur soi. (S, 27 ans)
  • On est isolé, pauvreté relationnelle et spirituelle des jeunes, quand on n’a pas de vie sociale. (J-M, 58 ans)
  • On manque d’amour. (C, 25 ans et J-C, 58 ans)
  • On se retrouve à la rue. (M, 62 ans)
  • On n’a pas accès à la culture. (J-Y, 63 ans et S, 84 ans)
  • On est obligé de changer de pays pour mieux vivre et qu’on n’a pas la santé. (P-J, 64 ans)
  • On ne peut rien offrir aux autres. (M, 33 ans)
  • Quand on n’a pas de famille. (A, 50 ans)
  • On est à découvert tous les mois. (M, 36 ans)
  • On souffre de la solitude et de l’isolement. (C-L, 61 ans)
  • On attend après une allocation pour finir le mois. (SPP, 40 ans)
  • On n’a pas de quoi se nourrir correctement. (A-E, 63 ans)
  • On n’a pas accès à la santé. (N, 35 ans et T, 59 ans)
  • On n’a rien. (M, 75 ans)
  • On n’a plus de vie sociale. (A, 38 ans)
  • De la pauvreté intellectuelle, lorsqu’on n’est pas instruit. (J-C, 58 ans)
  • On est tous pauvres. (E, 65 ans)
  • On manque d’argent. (R, 46 ans)
  • On n’a pas de soutien. (D, 71 ans)
  • On n’arrive plus à couvrir ses besoins. (G, 67 ans)
  • On ne parvient pas à s’émanciper. (B, 58 ans)
  • On a tout, tout de suite. Le bonheur est dans le chemin parcouru. (M-R, 76 ans)
  • On survit au lieu de vivre. (C, 63 ans)
  • On se sent seule alors qu’on est pourtant dans le confort financier. (J, 38 ans)
  • On a de l’argent mais ce n’est pas assez pour vivre. (A, 33 ans)
  • On a des difficultés pour se loger. (C, 70 ans)
  • On n’a plus rien à la fin du mois alors qu’on travaille. (J, 21 ans)
  • Quand on devient transparent pour la société. Lorsque personne ne nous écoute. (E, 84 ans)
  • On n’est pas libre. (J, 74 ans)
  • On n’a pas d’activités, pas de travail, pas d’aide lorsqu’on arrive au bout. (D, 27 ans)
  • Quand on est honnête et que les autres savent profiter de vous. (N-C, 52 ans)

En 2017, 1 362 700 personnes, dont 640 700 enfants, ont été accueillies par le Secours Catholique. Leur niveau de vie : 540 euros par mois. Les besoins sont innombrables, pourtant la demande principale reste la même : l’écoute. Car parler c’est déjà s’en sortir et écouter c’est déjà répondre.
Ensemble, attaquons-nous à la misère.

#RévolutionFraternelle

Retrouvez les chiffres clés de notre rapport statistique 2018 sur l’état de la pauvreté en France :

Imprimer cette page

Portfolio